"À force à penser comme un vieil imbécile, on finit par le devenir"

Marie-Sabine Roger.

~~~~~~~

image

 

 

Cette semaine, pour le défi-lecture organisé par Florence, je vous présente un petit bijou d'humour et de tendresse!

Bon rétablissement !

"Vieil ours bourru et solitaire, Jean-Pierre se retrouve immobilisé à l'hôpital pendant des semaines, après un accident bien étrange. Veuf, sans enfants ni chien, il est à la retraite depuis sept ans et enrage d'être ainsi bloqué, privé de sa routine, contraint de côtoyer des inconnus qui le voient diminué, en pyjama. Pourtant, sans quitter son lit, il va faire des rencontres inattendues qui bousculeront son égoïsme. Une galerie de personnages truculents et attachants, une écriture pleine de malice, un humanisme généreux, voilà la posologie de ce roman roboratif.

~~~~~

N'y allons par quatre chemins, ce roman est remède anti-morosité garanti! On rit à chaque page et on s'attache immédiatement au personnage de Jean-Pierre qui cache un cœur très tendre sous sa carapace. 

Et quiconque a passé une heure sur un lit d'hôpital se retrouvera dans ce roman.

"J'expérimente la vie à l'hôpital. On m'en a parlé, je constate par moi-même."

À peine admis ici, on a tout de suite envie de repartir chez soi, comme les chiens qui tirent sur la laisse pour faire demi-tour quand ils arrivent chez le vétérinaire.

Je me sens clébard, la croupe basse et le poil terni. Je veux ma gamelle, ma couverture, mon os à mâcher, mon panier. Je veux rentrer.

En plus, je ne supporte pas les odeurs d’hôpital. Ça ne sent pas le propre, ça sent le désinfectant, les produits de nettoyage aux parfums hypocrites pour masquer les sanies, les oublis, les accidents de lit, les petites horreurs. Ça ne sent pas la cuisine – le pot- au- feu mijoté – ça sent la bouffe de cantine.

Même le café n’a pas la bonne odeur. Son fumet rase les murs comme un traître dans l’ombre, s’insinue dans le couloir, les chambres, pas net, pas franc, sournois. Et dans la tasse, il avoue clairement sa faiblesse, c’est un noir délayé, un vague pipi d’âne, réchauffé, décevant.

Quant aux tisanes, pas le choix : l’abominable camomille."

~~~~~

"Ça me fait des nuits longues comme des cours de philo."

~~~~~

image

"Il m'arrive parfois de verser ma larmette. C'est de l'incontinence de mémoire, de l'énurésie des sentiments."

~~~~~

"J’ai renoncé à la télé. Je crois que les programmes sont conçus, en haut lieu, pour libérer les lits dans les chambres d’hôpitaux et régler la question des retraites trop longues. Les séries policières européennes trépidantes, les jeux de lettres exaltants et les travaux de l’Assemblée nationale, ça peut accélérer de façon efficace le glissement des personnes âgées et pousser les malades à arracher leur perf’."

~~~~~

Je m'arrête là: je pourrais recopier tout le roman tant il est drôle de bout en bout. 

Bref, une lecture à prescrire sans modération!!!

 

 À bientôt 😉