• Citations du jardin
  • Excuse-moi d'avoir tant tardé à te répondre mais, quand la lettre est arrivée, j'étais au fond du jardin.  Alphonse Allai
  • Un jardinier qui sabote une pelouse est un assassin en herbe.  Raymond Devos
  • La tristesse n'est rien d'autre qu'un mur qui s'élève entre deux jardins.  Khalil Gibran
  • Un bon livre est un jardin que l'on transporte avec soi.  Proverbe arabe
  • certains peintres transforment le soleil en un point jaune; d'autres transforment un point jaune en soleil. Picasso
  • De deux choses lune, l'autre c'est le soleil. Prevert
  • J'ai tout donnés au soleil, tout sauf mon ombre. Apollinaire 
  • La vérité est comme le soleil.  Elle fait tout voir et ne se laisse pas regarder. Victor Hugo
  • Le bonheur est une petite chose que l'on grignote, assis par terre, au soleil. Jean Giraudoux
  • En Provence, le soleil se lève deux fois, le matin et après la sieste. Yvan Audouard
  • Les arbres ont des feuilles en été pour se garantir du soleil, Francis Picabia
  • Il n'est pas d'hiver sans neige, de printemps sans soleil et de joie sans être partagée. Proverbe serbe
  • Aujourd'hui, j'ai permis au soleil de se lever plus tôt que moi" Georg Christophe Lichtenberg
  • Aujourd'hui, sur cette terre du Nord, le soleil s'appelle le Louvre. François Hollande Extrait du discours prononcé lors de l'inauguration du Musée du Louvre-Lens
  • En faisant scintiller notre lumière, nous offrons aux autres la possibilité d'en faire autant. Nelson Mandela
  • On a deux vies et la deuxième commence quand on se rend compte qu'on n'en a qu'une. Confucius
  • « Il vaut mieux avoir du bien au soleil que du mal à l'ombre.  »

    de Auguste Villiers de l'Isle-Adam

    « J'ai rêvé d'un monde de soleil dans la fraternité de mes frères auxyeux bleus.  »

    de Léopold Sédar Senghor

    « Il y a de la place au soleil pour tout le mondesurtout quand tout lemonde veut rester à l'ombre.  »

    de Jules Renard

    « La vie est comme un arc-en-ciel : il faut de la pluie et du soleil pour en voir les couleurs.  »

    de A Ramaiya

     

    « Le soleil, avec toutes ces planètes qui gravitent sous sa gouverne,prend encore le temps de mûrir une grappe de raisin, comme s’il n’yavait rien de plus important.  »

     

    de Galilée

     Mais voici venir la poésie. Celle-ci ne raisonne ni ne discute, elle s'impose. Elle vous saisit, elle vous enlève au-dessus même de la région où vous vous sentiez libres. Vous pouvez bien encore discuter ses audaces et rejeter ses promesses, mais vous n'en êtes pas moins la proie de l'émotion qu'elle suscite. C'est ce cheval fantastique qui de son vol puissant sépare les nuées et embrasse les horizons. Le poëte l'appelle monstrueux et divin. Il est l'un et l'autre, mais qu'on l'aime classique, comme la Grèce, ou qu'il ait l'échevèlement des prophètes, il a cela d'étrange et de surnaturel que chacun voudrait pouvoir le monter, et qu'au bruit formidable de sa course, tout frémit du désir de s'envoler avec lui.

    Nouvelles lettres d'un voyageur 
    [ George Sand ] 
     

    « Hommebois de l’eau pour te rendre beauGave-toi de soleil pour te rendre fort. Et regarde le ciel pour devenir grand.  »

    de Proverbe africain

     

    On ne donne pas rendez-vous à ses rêves. Ils viennent vous rendre visite quand ils en ont envie et pas quand vous en avez besoin. Yvan Audouard

    C'est faire honneur au soleil que de se lever après lui.Yvan Audouard

    « On n'a jamais autant besoin de vacances que lorsqu'on en revient.  »

    de Ann Landers

    " Il y avait déjà bien des années que, de Combray, tout ce qui n’était pas le théâtre et le drame de mon coucher, n’existait plus pour moi, quand un jour d’hiver, comme je rentrais à la maison, ma mère, voyant que j’avais froid, me proposa de me faire prendre, contre mon habitude, un peu de thé. Je refusai d’abord et, je ne sais pourquoi, me ravisai. Elle envoya chercher un de ces gâteaux courts et dodus appelés Petites Madeleines qui semblent avoir été moulés dans la valve rainurée d’une coquille de Saint-Jacques. Et bientôt, machinalement, accablé par la morne journée et la perspective d’un triste lendemain, je portai à mes lèvres une cuillerée du thé où j’avais laissé s’amollir un morceau de madeleine… " (Marcel Proust, À la recherche du temps perdu)