"Il y a plus dans les forêts que dans les livres"

Saint Bernard

IMG_2012

  

°°°°°°° 

Un 11 novembre beau comme un jour de printemps.

Alors, comme la météo nous offrait cette belle journée, j'en ai profité pour aller me balader en forêt.

IMG_2013

"Penser, c'est chercher des clairières dans une forêt"

Jules Renard

 

IMG_2014

 Les pavillons du garde sont à l'abandon depuis bien (trop) longtemps.

 

IMG_2015

 

Autrefois, ils encadraient l'entrée du domaine du prince.

IMG_2016

 

Aujourd'hui, ils ne sont plus que ruines. 

IMG_2017

 

 L'espace d'un instant, je m'imagine en comtesse, remontant la "Grand Vue" à bord d'un carrosse..

IMG_2018

 

 A présent, ces terres ne sont plus réservées au prince, tout le monde peut profiter.

IMG_2019

 

Le murmure du vent s'intensifie dans les branches,

les feuilles voltigent puis recouvrent le sol pour le préserver du froid à venir.

IMG_2021

 

 

Vais-je prendre à gauche?

 

IMG_2022

 

 

Ou bien à droite...

IMG_2023

 

 

Je m'approche. 

IMG_2024

 

 

IMG_2025

 

 

Je flâne encore.

IMG_2026

 

Et enfin, tout au bout de la "Grand Vue", le château se dévoile comme dans un rêve.

IMG_2027

 

 

IMG_2028

 

Il ne reste plus qu'à rebrousser chemin.

°°°°°°°

 

 

C'était le 11 novembre,

je marchais, libre, dans cette forêt, en pensant aux milliers de victimes de cette guerre qui devait être la dernière.

Nouvelle image (16)

 

 

« Cette guerre devait être la der des ders, elle devait être la guerre à tuer la guerre. Elle n'a tué que des hommes inutilement. Toutes les guerres sont inutiles. » 

Jean Giono

 

°°°°°°°

Chaque année, je relis quelques lettres de poilus

 

image

 

On en trouve également sur le Net (Ici, par exemple)

Elles constituent un précieux témoignage du quotidien des hommes.

En voici une, parmi tant d'autres:

 

 

Verdun, 6 septembre 1916

 

Mercredi soir,

 

Ma chère mère,

 

Je t'envoie quelques lignes de tranchées où nous sommes depuis dimanche soir. De la boue jusqu'à la ceinture, bombardement continuel, toutes les tranchées s'effondrent et c'est intenable, nous montons ce soir en 1ère ligne mais je ne sais pas comment cela va se passer, c'est épouvantable. Nous avons déjà des tués et des blessés et nous avons encore deux jours à y rester. Je donnerais cher pour être loin d'ici. Enfin espérons quand même..

Adieu et une foule de baisers de ton fils qui te chérit.

Gaston Biron

 

 

 

°°°°°°°

Bisous Marysou, je pense très fort à toi.

°°°°°°°

 

À bientôt

 

°°°°°°°